Ils sont candidats aux Challenges Géodata...

À l'occasion des Challenges Géodata (15 et 16 septembre), huit candidats présenteront leur projet en plénière et réaliseront des démonstrations au sein de l’espace exposants. À la clé de ce concours organisé en partenariat avec le GdR MAGIS (CNRS), de nombreux prix à gagner… Mais quelles sont ces pépites géomatiques qui participeront à ces challenges ?

1/ Les nuages de points intelligents
Candidat : Florent POUX, Université de Liège

Les technologies de télédétection – LiDAR aéroporté, scanner laser et photogrammétrie – permettent de générer des nuages de points 3D qui décrivent la réalité géométrique de multiples objets géographiques. Mais ces « actifs » numérique se heurtent à des limites technologiques. La thèse présentée tente de résoudre les problèmes d'automatisation dans le traitement des nuages de points pour créer des environnements intelligents ; des copies virtuelles qui peuvent être utilisées/intégrées dans des services de raisonnement autonomes…

2/ Preuve de concept IA : Deep learning / Occupation du sol grande échelle
Candidate : Clara LÉVÊQUE, Applisweb

L’occupation du sol grande échelle est un référentiel cartographique coûteux mais incontournable pour la mise en œuvre de politiques publiques durables, cohérentes et efficaces. Ce PoC (Proof of Concept), réalisé́ en 1,5 personne-mois avec des moyens limités (volume de données et puissance de calcul) sur code « maison » (Python, Tensorflow, Keras), montre l’intérêt et la faisabilité́ permettant de passer en production avec des perspectives de gains économiques.

3/ L’applicaton Hubblo.fr
Candidat : François SEMERCUBE, Université de Franche Comté

L'objectif de l’application Hubblo.fr est de décrire votre environnement social, votre voisinage immédiat, afin que vous puissiez comparer vos perceptions et intuitions aux faits statistiques.  L'environnement, le hubblo, est défini par un disque centré sur votre localisation dont le rayon est paramétrable. Vos données de localisation sont utilisées pour calculer les indicateurs statistiques, mais elles ne sont ni archivées ni conservées par l’application (consultable sur smartphone).

4/ L’Atlas interactif : eau potable et assainissement dans le Gbêkê (Côte d’Ivoire)
Candidat : Thomas MAILLARD, ONG Urgence Eau

Par un large corpus de cartes interactives et de fiches de synthèse, l’atlas interactif de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement dans la région de Gbêkê diffuse l’ensemble des diagnostics techniques et socioanthropologiques menés par l’ONG Urgence Eau, en collaboration avec des chercheurs ivoiriens et français. Cet atlas est conçu comme un outil d’aide à la décision pour les habitants, la société civile, les pouvoirs publics et les partenaires du développement.

5/ Albiziapp : un outil embarqué d’inventaires citoyens d’arbres urbains
Candidat : Olivier LEROY, Laboratoire EVS

L’arbre est au cœur des nouveaux enjeux de la ville (adaptation au changement climatique, participation citoyenne, nature en ville). De nouveaux outils doivent être mis en place pour répondre à ces enjeux. Albiziapp est une application embarquée géolocalisée permettant à tout citoyen de contribuer à l’inventaire des arbres de sa ville. En s’appuyant sur OSM, elle vise à le rendre maître de ses données et permet de faire le pont avec d’autres formes d’inventaire et utilisateurs des données.

6/ Des outils pédagogiques innovants dans l’univers Minetest
Candidat : Sivakavi KUMARASAMY, ENSIIE / IGN

Pour l’Éducation nationale, des outils pédagogiques de simulation de risques naturels ont été développés dans un environnement de jeu 3D (type Minecraft), dont le fonctionnement est connu de tous les élèves. Associés à un service qui exploite les données géographiques 3D de l’IGN utilisables dans le jeu, ces outils permettent aux enseignants d’aborder de manière innovante les programmes liés notamment aux inondations et à l’orientation dans l’espace.

7/ Des outils géomatiques pour l’exploitation d’atlas linguistiques, application à la dialectologie
Candidate : Maeva SEFFAR, LIG (Laboratoire d’Informatique de Grenoble)

Le projet ECLATS, porté par l’équipe STeamer du Laboratoire d’Informatique de Grenoble, propose une chaîne de traitement géomatique adaptée à l’extraction, l’exploitation et la valorisation de données géolinguistiques issues de supports cartographiques anciens. L’intervention ciblera la suite d’outils géomatiques développée permettant le stockage, l’enrichissement sémantique, la visualisation des contenus géolinguistiques mais aussi la création de cartes interprétatives à partir des données extraites.

8/ eSTIMe : outil de géovisualisation pour l’analyse des mobilités quotidiennes
Candidate : Aline MENIN, Université Grenoble Alpes
 
Environnement de géovisualisation, eSTIMe vise à accompagner l'analyse de la mobilité quotidienne à l’aide d’indicateurs synthétiques qui décrivent trois points de vues : les flux de déplacements, les trajectoires individuelles et les présences dynamiques. L'approche choisie pour favoriser l'analyse visuelle repose sur le concept de tableaux de bord modulables et mobilise des techniques issues du domaine de la visualisation et de l'interaction homme-machine. L'application est en ligne, mais pas encore diffusée au grand public.

En savoir plus sur les Challenges Géodata...
 

Les GéoDataDays constituent l'événement national de référence et indépendant de la géographie numérique en France. Retrouvez sur ce site toutes les informations sur les éditions passées et à venir...

Organisé par
en partenariat avec
et le soutien de